« Hunger Games, La Ballade du Serpent et de l’Oiseau Chanteur » : Prémices d’un jeu dangereux ☆☆☆☆/☆

Salut à tous ! Aujourd’hui je viens vous parler de l’une des sorties littéraires les plus attendues de l’année : « Hunger Games : La ballade du serpent et de l’oiseau chanteur » de Suzanne Collins aux éditions Pocket Jeunesse (PKJ). Personnellement ayant été une immense fan de la saga Hunger Games j’attendais ce préquel avec la plus grande impatience ! Est-ce que ce nouveau roman a été à la hauteur de mes espérances ? Vous allez le savoir bientôt !

L’ambition, la compétition, la soif de pouvoir, la soif d’argent, que de vices pour un seul être humain qui apprendra rapidement que tout a un prix. Pour la dixième édition annuelle des Hunger Games chaque tribu aura le droit à un mentor, un élève de l’Académie du Capitole. Au matin de la Moisson le jeune Coriolanus Snow, dix-huit ans, se prépare à découvrir la personne qu’il devra gérer dans l’arène. La famille du jeune homme a connu des jours meilleurs et c’est sur les épaules de Corio que tout repose ! Néanmoins le sort s’acharne contre le garçon Snow puisqu’au lieu d’avoir un tribu puissant il se retrouve avec une misérable fille du district Douze, Lucy Gray. Liant ainsi leur destin l’un avec l’autre ils vont devoir redoubler de charmes, d’astuces et d’inventivité pour espérer gagner. C’est un combat à mort qui s’amorce aussi bien dans l’arène qu’en dehors ! Coriolanus arrivera-t-il à parvenir à ses fins ?

« Les Hunger Games eux-mêmes avaient ceci de génial qu’en opposant des enfants des districts entre eux ils garantissaient au Capitole de garder les mains propres. »

Personnellement je suis ravie d’avoir retrouvé l’univers des Hunger Games. Il est vrai qu’on se posait tous la question de savoir si ça ne serait pas le tome de trop et pourtant Suzanne Collins parvient toujours à nous surprendre et à nous embarquer dans son histoire ! J’ai apprécié le fait qu’on connaisse désormais comment les jeux ont été créés, tous les rouages cruelles qui ont pris formes, les origines de certaines chansons, de certains animaux,… Le livre permet de faire la lumière sur pleins de choses mais surtout sur le passé de Coriolanus Snow ! On connaissait très peu d’éléments sur celui qui deviendra le Président de Panem : a-t-il toujours été un monstre ? Pourquoi a-t-il conservé les Hunger Games alors qu’il les a vécu ?

Si vous n’avez jamais lu les Hunger Games je vous conseille de ne pas commencer par ce préquel mais bien par les tomes d’origines sinon vous louperez peut-être des petits détails importants ! Pour ce roman l’histoire est coupé en trois : avant les Hunger Games, pendant et après. Personnellement j’ai énormément apprécié les deux premières parties qui étaient surprenantes et bien rythmées ! La partie trois est peut-être celle qui m’a paru la plus lente. Le lecteur est souvent seul avec Snow et ses pensées, au bout d’un moment ça devient long, lassant et un peu répétitif. Il y a quelques rebondissements bien sûr qui aident à rythmer cette partie mais pas assez à mon goût face aux deux autres parties.

« Ce que vous avez vu dans l’arène, c’est l’humanité sans fard. Celle des tributs, et aussi la vôtre. Vous avez vu à quelle vitesse la civilisation disparaît. Vos bonnes manières, votre éducation, votre héritage familial, toutes ces choses dont vous êtes si fier, tout cela s’est envolé en un clin d’œil, vous dévoilant tel que vous êtes vraiment. »

J’avais oublié les cruautés des Hunger Games et celle du Capitole. Chaque page que je tournais me ramenait un peu plus dans cet univers violent où les victimes ne sont que des enfants innocents qui servent de pâture pour amuser les gens et punir les districts pour la rébellion. Dans ce tome les Jeux paraissent comme expérimentaux : Comment réussir à torturer ses enfants ? De quelles manières ? Comment intéresser les gens du Capitole ? Comment les obliger à regarder les Hunger Games dans chaque district ? Comment amener de l’action ? Qui sont les animaux et qui sont les êtres civilisés ?

J’ai été ravie de retrouver Tigris, un personnage trop souvent oublié dans la saga d’origine ! Dans ce nouvel opus la jeune femme est calme, gentille, affectueuse et positive. Une question me reste quand même en tête suite à ma lecture et je ne pense pas avoir un jour une réponse. Tigris est la cousine de Coriolanus et l’un comme l’autre se soutiennent et s’adorent néanmoins dans la saga de base Tigris est une rebelle qui souhaite la mort de Corio alors ma question serait la suivante : Qu’est-ce qui s’est passé pour que l’amour devienne haine ?

« La neige retombe toujours au sommet »

J’ai totalement ADORÉ le personnage de Lucy Gray, la fameuse tribut du District Douze. Sa joie de vivre, sa vivacité et son intelligence font d’elle un personnage puissant capable de tout et n’importe quoi ! Elle est surprenante, attachante et douce avec son caractère bien trempé, tout le contraire de Corio ! Même si c’est le personnage principal Coriolanus Snow reste qui il est : méchant, cruel, manipulateur, menteur, ambitieux, profiteur. On sent qu’à travers son penchant pour Lucy Gray et ce qu’il a traversé avec sa famille durant la guerre l’autrice a tenté de nous amadouer mais c’est impossible pour moi de rendre sympathique un personnage aussi monstrueux. Dès l’âge de dix-huit ans le jeune homme visait déjà la place la plus haute du Capitole et ne reculait devant rien pour tenter d’arriver à ses fins faisant les choix les plus immoraux possibles pour obtenir le pouvoir suprême.

Sejanus Plinth, un camarade de l’Académie de Coriolanus, est un de mes chouchous ! Arrivé au Capitole parce que son père a fait fortune pendant la guerre le jeune garçon est un rebelle dans l’âme détestant au plus haut point tout ce que la richesse a apporté à sa famille. Bien qu’il ne réfléchisse pas toujours avant d’agir il se laisse porter par son cœur se débattant contre l’injustice et la monstruosité du monde dans lequel il vit.

En tout cas cette lecture était très sympathique, ce n’est pas un coup de cœur mais j’ai vraiment adoré cette histoire ! Ce préquel m’a transporté une nouvelle fois à Panem avec ses rebondissements et ses surprises, je ne regrette absolument pas d’avoir lu ce roman ! Pour moi ce n’est pas un livre de trop, c’est un livre qui a clairement sa place dans l’univers des Hunger Games ! La plume de Suzanne Collins est toujours aussi formidable, je vous conseille les yeux fermés « Hunger Games : La ballade du serpent et de l’oiseau » !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s